L’armée rwandaise de Paul Kagame autorisée à mener une guerre Rwando-rwandaise sur le sol congolais…

Après le conflit armé qui a opposé les forces dites Tutsi et Hutu rwandais à l’est du Congo, les FDR à la poursuite de FDLR, une bataille rangée, et qui a occasionné des morts congolais, a éclaté entre les armées du Rwanda et de l’Ouganda dans la ville de Kisangani. Nous sommes au Congo. Aujourd’hui encore se rapproche de plus en plus un bruit autour de la présence des troupes rwandaises à Minembwe. C’est encore et toujours au Congo. Peut-on alors se demander si une licence ou un permis de tuer au Congo a été délivrée, et par qui, à l’armée du Rwanda, placée sous la direction du mercenaire rwandais Paul Kagame ?

En effet, c’est la question que l’opinion congolaise aimerait poser après que The Kampala Post, un journal ougandais, a révélé sur son site internet l’information sur l’entrée des troupes rwandaise au Congo. The Kampala Post qui indique sa source, http://ihame.org/, en détermine également leur nombre. À l’en croire, « Dans la nuit de jeudi à vendredi, le 31 mai 2019, vers 1h30 du matin, [environ] 700 soldats rwandais, un bataillon, ont été vus traversant du Rwanda à la République démocratique du Congo à un endroit appelé Manda ». Manda est situé non loin de Ngomo. C’est au nord de Kamanyola. Et de là, vers Uvira où des véhicules militaires les attendaient pour les conduire Minembwe via la route Uvira-Baraka, en passant par Nakiyeli. D’autres seraient passés par Mugatunguru (Atungulu). Pour le journal, les soldats rwandais se seraient divisés en trois groupes en direction de Minembwe, Kamombo et Kundondo. (https://kampalapost.com/…/breaking-rdf-troops-cross-drc-ord….)

La révélation du journal ougandais, mise en ligne en date du 2 juin dernier, ne porte visiblement aucune signature sur son site. Il est tout simplement signé reporter. D’où se pose avec acuité la question de sa véracité. Si, par malheur, les faits révélés étaient avérés, il s’agirait alors d’un véritable scandale national. Est-ce que la distraction actuellement instituée à Kinshasa aurait pour fonction de détourner l’attention populaire vers un vrai faux débat, alors que se préparent dans le silence total, comme par le passé, de nouvelles tueries des populations congolaises à l’est du pays ? Toutes les explications du monde ne sauraient jamais justifier l’autorisation qui aurait été accordée, et par qui d’ailleurs, à l’armée rwandaise pour qu’elle s’infiltre de nouveau au Congo, avec armes de guerre, munitions et autres matériels militaires. Sauf si les troupes rwandaises sont entrées de leur propre chef sur le territoire congolais.

Mais c’est pour exécuter quel agenda politique ? Quelle serait en effet la nature de la mission assignée à l’armée rwandaise dans un pays où les forces armées nationales congolaises, les FARDC, sont en mesure d’exécuter et d’assurer leurs devoirs nationaux, à savoir la protection des populations congolaises et la défense de la souveraineté nationale, au cas où elle serait menacée ? Qu’à cela ne tienne, les nouvelles vont vite. Même si le grand public que l’on amuse à dessein demeure sous informé. Il vit dans l’ignorance. Selon The Kampala Post, les 700 soldats de l’armée de Paul Kagame, les FDR, auraient pour mission d’en découdre militairement avec ce que Kigali appelle déjà les « garnisons du général Kayumba Nyamwasa ». Il paraîtrait que ces derniers auraient trouvé refuge à Minembwe et ils y bénéficieraient même de la protection du mouvement rebelle Banyamulenge, du nom de Gumino.

Tiens, tiens… Voilà qui est étrange quand, tout d’un coup, Kigali et Kinshasa cessent d’accuser les rebelles de FDLR, appelés abusivement les Hutus génocidaires, et pointent désormais leurs doigts accusateurs vers la soldatesque au service de l’ex-général tutsi rwandais Kayumba Nyamwasa. Que serait-il advenu du mouvement « hutu » de FDLR ? Est-ce que les Hutus auraient-ils été vaincus ? Auraient-ils déposé leurs armes et de ce fait abandonné leurs revendications pourtant légitimes ? Ou bien, les Hutus vivraient eux aussi à Minembwe avec les Tutsis Banyamulenge ensemble ? Enfin, le piège Banyamulenge se renferme sur le Congo, sans que l’«élite congolaise», de toutes tendances confondues, ne soit capable d’en desserrer l’étau.

En vérité, les populations Tutsi Banyamulenge du Rwanda n’ont jamais revendiqué de terre au Congo pour y habiter, mais uniquement pour qu’elle serve, comme on le vit aujourd’hui, de nid de déstabilisation de la République du Congo. Car Minembwe ne peut servir à tour de rôle de lieu de résidence pour les Banyamulenge soutien de Kigali et aussi de résistance contre le régime de Paul Kagame. Décidément, de qui Kigali se moque-t-il quand, c’est comme l’écrit le journaliste congolais Baudoin Wetshi Amba, « C’est devenu un secret de Polichinelle, […] de révéler qu’”Azarias”, – ancien vice-président de la République en charge de la Défense et sécurité sous la transition “1+4” (juin 2003-décembre 2006), Ruberwa assume actuellement les fonctions ministérielles, – se considère avant tout comme le garant des intérêts des prétendus “Banyamulenge”. [Et] l’homme n’a jamais fait mystère de sa loyauté envers le Rwanda de Paul Kagame ( https://www.congoindependant.com/vous-avez-dit-la-communau…/).

Une nième guerre Rwando-rwandaise sur le territoire congolais porte le risque de faire tuer encore des populations congolaises environnantes. Et que se passerait-il demain si seulement l’un des camps rwandais, sorti vainqueur de cette confrontation, refusait de quitter le territoire congolais juste après sa victoire ? L’humiliation du Congo par le Rwanda dure déjà depuis plus de 20 ans. Et sans que les Congolais n’entrevoient le bout du tunnel. Le bruit des bottes à l’est du Congo prouve à suffisance que le chaos a été délibérément choisi comme mode de gouvernement du Congo et de gestion d’un peuple à dominer et dominable. « L’ennemi ne recule jamais sincèrement. Il ne comprend jamais. Il capitule, mais ne se convertit pas », Frantz Fanon.

Que faisons-nous lorsqu’un groupe des Congolais se cache derrière le nom de « Joseph Kabila » pendant qu’ils rampent sous les pieds de Paul Kagame ? Où se trouve le mensonge ? En réalité, qu’est-ce qui se passe au Congo ?
Likambo oyo eza likambo ya mabele.

Mufoncol Tshiyoyo, MT,
Les Nationalistes Authentiques (en émergence), LNE,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Solve : *
11 + 22 =