La Banque Mondiale prépare un appui d’urgence au secteur de l’éducation en RDC. La nouvelle a été confirmée par Jean-Christophe Carret, directeur pays de la Banque mondiale pour la RDC, dans une interview accordée à Top Congo FM

C’est particulièrement pour soutenir l’application de la gratuité de l’enseignement de base dont le cout annuel est estimé à 2,9 milliards de dollars USD. Suite à la modicité des recettes publiques, les participants au Forum national sur l’éducation de base avaient recommandé une application progressive. Cette proposition a été rejetée par le gouvernement qui a décidé de son application intégrale dès cette année.

Cet appui à la mesure de la gratuité du secteur de l’éducation est un appui d’urgence. L’idée c’est que, contrairement à ce qui se passe d’habitude où on met 12 mois à préparer une opération, on puisse présenter une opération d’un milliard au Conseil d’administration de la Banque mondiale qui comprenne toutes les mesures qui vont faire en sorte que cette opération soit réussie. Mais je ne sais pas la proportion qui sera réservée au financement de l’éducation », a t-il déclaré.

Il a précisé cependant que cet engagement  doit au préalable être validé par le Conseil d’administration de la Banque mondiale.

La RDC a réalisé d’importants progrès dans le secteur de l’éducation. Le taux d’achèvement au niveau du primaire par exemple, a considérablement augmenté, passant de 29 % en 2002, à 70 % en 2014, mais, il reste  ce jour l’un des pays avec le plus grand nombre d’enfants non scolarisés. On estime qu’environ 3,5 millions, soit 26,7 % des enfants en âge de fréquenter le primaire qui ne sont pas scolarisés. Parmi eux, 2,75 millions vivent dans des zones rurales. En outre, le secteur est confronté à de nombreux défis en termes de qualité, de gouvernance et de disparités. Donc à côté de la gratuité, plusieurs chantiers attendent le nouveau pouvoir.

 

Plusieurs études démontrent, par exemple, qu’entre 2006 et 2010, les frais scolaires ont doublé dans les écoles primaires. Cela a eu comme conséquence de mettre beaucoup d’enfants hors du système éducatif, surtout en province.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Solve : *
9 ⁄ 3 =