Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe et « le Rwanda d’abord » !

Il y a de ces images qui choquent les consciences. Ces images qui heurtent certaines sensibilités. Celles de Félix Tshisekedi et de Vital Kamerhe arborant un sourire de satisfaction devant les responsables rwandais en font partie. En regardant ces images, on a du mal à croire que le Rwanda a perpétré, jusqu’à tout récemment, d’abominables crimes au Congo. Qui peut croire, en voyant ces images, que le pays des mille collines entretient la mort et la désolation à l’est de notre pays ? Qui peut croire, en regardant ces images de la honte, que ce sont les hommes de Paul Kagame qui violent nos mères, nos femmes et nos enfants au Kivu ?

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

Il n’y a jamais eu d’accord de paix entre le Rwanda et la RDC. Et pourtant les dirigeants congolais se comportent comme s’il n’y avait jamais rien eu entre les deux pays. C’est à se demander si les Congolais ont vraiment de l’importance aux yeux de Félix et de son directeur de cabinet ! Peuple congolais asali bino nini pour que vous vous affichiez tout sourire aux côtés de ses bourreaux ?

Quand les relations avec le Rwanda de Kagame priment avant tout…

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air

Si le peuple rwandais n’est pas l’ennemi du peuple congolais, il n’en demeure pas moins que le président du Rwanda, Paul Kagame, est et reste l’ennemi numéro un du peuple congolais. Kagame a envahi la RDC, massacré des centaines de milliers voire des millions de Congolais et de Hutus rwandais avant de se livrer au pillage en règle des ressources naturelles du pays. Il a entretenu des groupes armés qui ont terrorisé les populations du Kivu, vidé plusieurs localités de leurs populations pour les remplacer par des colonies de peuplement venues du Rwanda. Mais tout ceci n’a aucune importance aux yeux de Félix Tshisekedi et de Vital Kamerhe, pour qui les relations avec le Rwanda de Kagame priment avant tout.

Existe-t-il dans ce bas monde des dirigeants qui affichent un aussi grand mépris envers le peuple qu’ils prétendent pourtant servir ?

En allant faire des courbettes au Rwanda et en s’affichant tout sourire aux côtés des responsables de ce pays, Félix et Vital ont-ils mesuré la portée de leurs actes aux yeux des Congolais ? Ont-ils pensé à l’impact psychologique de ceux-ci chez les populations de l’est qui, jusqu’à hier encore, subissaient les affres d’une guerre impitoyable imposée par le Rwanda via ses marionnettes opérant au Congo ?

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises

Le Congo à démocratiser est dirigé par des gens qui n’aiment pas les Congolais. Des gens qui ne pensent pas au peuple, qui ne mesurent aucunement la portée de leurs gestes. En allant faire des courbettes au Rwanda et en s’affichant tout sourire aux côtés des responsables de ce pays, Félix et Vital ont-ils mesuré la portée de leurs actes aux yeux des Congolais ? Ont-ils pensé à l’impact psychologique de ceux-ci chez les populations de l’est qui, jusqu’à hier encore, subissaient les affres d’une guerre impitoyable imposée par le Rwanda via ses marionnettes opérant au Congo ?

Kagamé et le branding du génocide au Rwanda

À la différence de Tshisekedi et de Kamerhe, qui se moquent des vies congolaises fauchées par le FPR, tout en s’empressant de tisser de bonnes relations avec le Rwanda, Paul Kagame s’est toujours montré intraitable sur la question du génocide rwandais, qu’il a lui-même provoqué et entretenu pour s’emparer du pouvoir. La France en sait quelque chose. En effet, l’homme fort du Rwanda a toujours exigé des excuses de la part de l’Hexagone, même si Paris n’y est pour rien dans ce drame. Pendant près de 20 ans, les relations diplomatiques entre le Rwanda et la France sont restées tendues… jusqu’à ce que Nicolas Sarkozy reconnaisse des « erreurs » et qu’Emmanuel Macron joue le jeu en soutenant la candidature de Louise Mushikiwabo à la tête de la Francophonie.

On peut ne pas apprécier la tête de Paul Kagame, mais force est de constater qu’il impose le respect. Il vend le génocide rwandais comme un service sacrificiel et en a fait un puissant instrument de diplomatie et de gouvernance.

On peut ne pas apprécier la tête de Paul Kagame, mais force est de constater qu’il impose le respect. Il vend le génocide rwandais comme un service sacrificiel et en a fait un puissant instrument de diplomatie et de gouvernance. À la différence des autorités congolaises qui n’hésitent pas à cracher sur la mémoire des victimes congolaises de la barbarie rwandaise pour faire plaisir au régime de Kigali…

Au nom de quel principe la RD Congo renoue ses relations diplomatiques avec un pays qui a participé à l’extermination de sa population ? Au nom de quelle logique les autorités congolaises s’affichent tout sourire aux côtés des responsables rwandais ? Au nom de quelle raison d’État Félix et Vital « renforcent » les relations diplomatiques avec un Rwanda qui ne s’est jamais excusé pour ses abominables crimes au Congo ? Et le Mapping report de l’ONU qui décrit les crimes de masse et le génocide perpétrés par les hommes de Kagame au Congo ?!

Rendre hommage à nos compatriotes du Kivu

La pacification des relations entre l’Éthiopie et l’Érythrée, en conflit depuis vingt ans, n’est intervenue qu’en 2018. Les deux pays ont signé, à Asmara, la capitale de l’Érythrée, une « déclaration conjointe de paix et d’amitié » qui a ouvert la voie à la reprise des relations diplomatiques entre les deux États. Les relations commerciales ont repris dans la foulée de cet accord de paix jugé « historique ». Mais en RDC, pas besoin d’accord de paix ou d’Armistice. Surtout pas besoin de réparation. Après tout, que vaut une vie congolaise ?

Nous devons rendre hommage à nos compatriotes du Kivu. Abandonnés par le régime de Kabila, méprisés par les nouveaux « maîtres » du pays pressés de plaire à Kagame, ces compatriotes sont restés attachés à la mère patrie. Ils ont résisté aux agressions rwando-ougandaises et ont refusé la compromission. Le Kivu a payé un lourd tribut pour que le Congo reste uni et indivisible.

On fait comme si de rien était. Le Rwanda a beau tuer, violer et piller le Congo, il y aura toujours des gens dans ce pays prêts à tout «pardonner» afin de privilégier les bonnes relations avec Kagame. On vante l’entente conclue avec Rwandair; on s’affiche tout sourire aux côtés des responsables des services de sécurité du FPR… Et pendant ce temps, les Congolais, plus particulièrement les populations martyrisées du Kivu, observent, dépités…

Nous devons rendre hommage à nos compatriotes du Kivu. Abandonnés par le régime de Kabila, méprisés par les nouveaux « maîtres » du pays pressés de plaire à Kagame, ces compatriotes sont restés attachés à la mère patrie. Ils ont résisté aux agressions rwando-ougandaises et ont refusé la compromission. Le Kivu a payé un lourd tribut pour que le Congo reste uni et indivisible. C’est grâce aux compatriotes de cette province que le projet de démembrement du pays a échoué. Du moins pour l’instant. Si les Kivutiens avaient adopté le même comportement que certains compatriotes du centre, le pays aurait déjà volé en éclat. Le Congo à démocratiser doit beaucoup à ces frères et sœurs, aujourd’hui méprisés par Félix Tshisekedi et son dircab Kamerhe, qui tiennent à préserver de bonnes relations diplomatiques avec les tueurs des Congolais…

Patrick Mbeko

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Solve : *
27 ⁄ 9 =