Comment se battre pour le Congo et avec qui surtout ?

La facilité avec laquelle les USA et la CIA manipulent les masses populaires congolaises et leurs élites provoque un doute profond sur la véritable nature de l’homme congolais en général. Par exemple, l’Amérique fait avaler aux Congolais l’illusion selon laquelle « Joseph Kabila » serait l’ennemi numéro un des USA au Congo. La structuration de ce mensonge, alimenté en plus par des fanatiques, incite à comprendre pourquoi les Congolais croient inlassablement en Amérique, alors que ces dames et messieurs étalent régulièrement leurs savoirs comme des marchandises dans une boutique sans enseigne lumineuse connue.

Quand on apprend que la CIA a extirpé Omar al-Bashir du Soudan vers l’Ouganda, qui est un autre centre principal de la CIA dans les Grands Lacs, alors que ce Bashir était supposé être recherché par les Américains, on se demande, et non sans raison, comment finalement se battre pour le Congo. Et avec qui surtout ? Quand j’apprends que le général qui a « remplacé » Omar El Bashir au Soudan est son propre beau-frère, et à qui la famille Bashir a remis « pacifiquement », comme au Congo et selon le mot en vogue, le contrôle supposé du Soudan, je ne cesse de me questionner, et ce à mon niveau, sur le sens réel et la nature de la lutte amener au Congo. Je voudrais bien me laisser convaincre que « Joseph Kabila » était l’ennemi des USA, alors que cet homme lige, par sa déstabilisation du Congo, permet au Rwanda et à l’Ouganda d’assurer le maintien de l’ordre anglo-saxon dans les Grands Lacs. En effet, la stabilité du Rwanda de Paul Kagame et de l’Ouganda de Museveni passe avant tout par la fragilisation à tout prix du Congo. Comment condamner à la disparition un pion, bien que moins important dans le dispositif anglo-saxon dans les Grands Lacs, sans lui trouver un remplaçant qui assurerait la même fonction ? Non, le Congo, c’est Hollywood dans sa plus basse perspective. D’où proviendrait le sursaut d’orgueil de la nation ?

Pour Thierry Meyssan, dans son article « Comment l’Occident dévore ses enfants », les Français, « en se dressant contre leurs institutions, sont le premier peuple occidental à prendre des risques personnels pour s’opposer à la globalisation financière. Bien qu’ils n’en aient pas conscience et imaginent encore que leurs problèmes sont exclusivement nationaux, leur ennemi est le même que celui qui a écrasé la région des Grands lacs africains et une partie du Moyen-Orient élargi. Seuls les peuples qui comprendront la logique qui les détruit et la rejetteront pourront survivre à la crise existentielle de l’Occident ». (http://www.voltairenet.org/article204180.html).

Allons-nous, peuple congolais, assister passivement à notre propre disparition en tant qu’âme ? Non. nous cesserons de le répéter et en lingala : Likambo oyo eza likambo ya mabele.

Mufoncol Tshiyoyo, MT
Les Nationalistes Authentiques (en émergence), LNE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Solve : *
19 + 4 =